j’ai pris la foudre

fiction - 20 minutes - Kazak Productions / Aurora Films - 2006

Synopsis

Adolescent solitaire en pleine mutation, Quentin met son corps en danger pour éprouver son existence.

un film de Laurent Larivière


produit par Jean-Christophe Reymond


Avec

Fabien Colliot - Quentin

Isabelle Malin - La mère

Philippe Duclos - L’entraîneur


Scénario

Laurent Larivière


Image

Claudine Natkin


Son

Jean-Baptiste Haehl


Montage

Lise Beaulieu


Montage son

Benoît Gargonne


Création sonore

Cécile Le Prado


Mixage

Nicolas d’Halluin et Johann Nallet

Prix

Prix Qualité du CNC – Centre National de la Cinématographie 2007


Grand Prix du 28e Festival du film court de Villeurbanne 2007


Prix du meilleur scénario Festival de Jeumont 2007


Premier prix du concours de scénarios du département de l’Eure,

avec le soutien du Moulin d’Andé-Céci – Centre des écritures cinématographiques 2004


Festivals

Entrevues – Festival International du Film de Belfort 2006,

Festival du Film Court de Villeurbanne 2007, Festival International du Film de Rotterdam 2008,

Festival International du film court de Regensburg 2007, Festival du court-métrage de Nice 2007, Jeumont 2007, Evreux 2007, Onze Bouge 2007, Silhouette 2007, Lille 2008, Dieppe 2008, International Bunker Film Festival 2008.


Programmé à la Cinémathèque Française, au Fresnoy, Studio National et au Forum des Images (sélection de l’Agence du court-métrage).


Sélectionné par le Ministère de la Justice,

le Ministère de la Culture et de la Communication, le CNC, l’Acsé - agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances, et Kyrnéa International pour une édition en DVD, à destination de jeunes pris en charge par la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), dans le cadre de la quatrième édition de l’opération « Des cinés, la vie ! ».

Kazak productions

Jean-Christophe Reymond

16, rue Bleue 75009 Paris

Tél. : 01 48 24 30 57

l. : cliquer

Voir un extraitExtraits_des_films/Pages/jai_pris_la_foudre.htmlExtraits_des_films/Pages/jai_pris_la_foudre.htmlshapeimage_2_link_0

Note d’intention

J’ai pris la foudre est un film portrait, celui de Quentin, adolescent solitaire en pleine mutation. Quentin s’est construit une mythologie personnelle qu’il nourrit en solitaire. Il veut correspondre au héros intérieur qu’il s’est érigé en modèle. Le héros d’une dynastie dont il serait le premier sujet. Il s’invente alors un rite initiatique sous la forme d’un défi susceptible de le sacrer à ses propres yeux comme l’homme qu’il veut devenir. Dans de nombreuses sociétés, les rites de passage traduisent un franchissement symbolique de la mort au terme duquel on devient un autre. Le rite d’initiation dispense une plénitude de sens : il met au monde le nouvel initié, lui permet d’accéder à un statut reconnu sans équivoque et il apprivoise le fait de vivre.

Quentin cherche par la mise en danger de son corps (le sport à l’extrême, l’animalité de l’odorat, le défi lancé au chien) à éprouver sa présence au monde, son appartenance au réel.

L’obsession de l’odorat renvoie à l’animalité, à la violence interne contradictoire que ressent Quentin. Animalité de l’adolescent débordé de pulsions, de désirs à apprivoiser ; animalité du chien évidemment qui peut être vu comme une expansion de sa propre violence à laquelle il accède et fait face jusqu’à la maîtriser.

Sentir, c’est aussi appréhender le monde par les sens, ressentir, se sentir… vivant, par exemple.

Le lyrisme du monologue final tranche volontairement avec le reste du film où les dialogues sont quasi-absents. Quentin se caractérise d’abord par ses actes. Lorsque sa parole surgit, elle ne doit être que la révélation d’une force intérieure présente d’une manière moins frontale mais tout aussi nourrie durant le film. La parole lyrique de Quentin signe son rapport au monde, hors norme ; elle doit incarner ce qui a été pressenti dans chacun de ses actes.

 

Ce qui m’intéresse dans la trajectoire tendue et intense de Quentin, c’est la façon dont il convertit son obsession en énergie. Et comment, finalement, au risque de sa vie, il accède à la place qu’il s’est choisi dans le monde.

Monologue de Quentin


J'ai pris la foudre au visage et je l'ai détournée. J'en ai fait un emblème.


J'ai combattu un tigre et j'ai mangé sa peau.


J'ai lutté sans savoir contre des forêts pleines et j'ai maudit mon sang.


J'ai parcouru des terres laides où mon ivresse était un chant, mes hallucinations des cartes de géographie.


J'ai réduit en cendres une armée d'impuissants qui voulait faire de moi un des leurs.


J'ai reconnu le mirage d'en face et j'ai passé ma route.


Je suis un guerrier sans guerre, sans arme,

sans homme, mais non sans force.


Regarde, pour toi, j'ai séché au soleil le sang de ma plaie dont tu peux caresser la trace.


Je suis Quentin premier, héros de ma dynastie.

Article paru dans le numéro 76 de Bref - le magazine du court-métrage :

Fiche technique

Support de tournage / S16 mm

Support définitif / 35 mm

Format / 1/85

Couleur

Durée / 20 minutes

Numéro de visa / 113 480

Mise en place en 2006, "Des cinés, la vie !" est une opération destinée à sensibiliser à l’image les jeunes pris en charge par la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ).


Pendant plusieurs mois, les jeunes, accompagnés par leurs éducateurs et des professionnels du cinéma, voient une sélection de films et en débattent. Chaque jeune vote ensuite pour le film qu’il a préféré. Ces votes donnent lieu à l’attribution du prix "Des cinés, la vie !". Les jeunes remettent le prix au réalisateur du film choisi au cours d’une journée à Cinémathèque française.

Comité d’organisation

Contact

Patrice Lhuillier

Chef de projet « Des cinés, la vie ! »

80, rue du Faubourg St-Denis - 75010 Paris

Tél. : 01 47 70 71 71

Fax : 01 47 70 02 10

Mail

J’ai pris la foudre à été sélectionné par le Ministère de la Justice, le Ministère de la Culture et de la Communication, le CNC, l’Acsé - agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances, et Kyrnéa International pour une édition en DVD, à destination de jeunes pris en charge par la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), dans le cadre de la quatrième édition de l’opération « Des cinés, la vie ! ».

Fiche pédagogique accompagnant le DVD

Diffusion

Février 2010 sur TV5MONDE (Moyen-Orient, Asie, Etats-Unis et Amérique du Sud).

accueil     parcours    contact    

films      performances      spectacles vivants       livre       stages et ateliers       photos extraits vidéo       presse        liens        2010       2011      2012       2013     2014       crédits